Voyage dans le sud de l’Italie

Pouilles, côte amalfitaine, Naples, Vésuve et Pompéi

en juin 2019 par Gérard Zbir

     Nous avons partagé ce voyage avec un très sympathique groupe de St-Etienne qui, comme nous, n’avait pas un nombre d’inscrits suffisant pour maintenir le prix annoncé. Aussi avons-nous décidé de fusionner.

     Ce fut un excellent et beau périple dont nous garderons un bon souvenir. Nous avons eu de luxueux hôtels avec souvent piscines et à table des services à l’assiette avec boissons à profusion : eaux minérales, vins rouges, blancs et rosés, cafés et thé.

Lisez la suite et regardez les photos en cliquant sur « Continuez la lecture » ci-dessous.

Lisez aussi le carnet de voyage de Claude Poliakoff en cliquant ici.

     Nous avons commencé le voyage seuls, nos amis stéphanois ne nous ayant rejoints que le troisième jour, car la visite de la côte amalfitaine n’était pas dans leur programme. C’est ainsi qu’à notre descente d’avion à Naples, tôt le matin, nous sommes allés découvrir la ville et l’après-midi nous sommes montés au Vésuve, seul volcan actif en Europe continentale.

  

     Le lendemain nous avons longé la côte amalfitaine avec arrêt à Amalfi, la plus ancienne République maritime italienne et nous avons continué jusqu’à Ravello, suspendue entre terre et mer, baptisée terre d’enchantement par d’illustres voyageurs. Et cerise sur le gâteau, la vue depuis la mer en mini-croisière nous a permis d’en apprécier encore davantage la beauté.

     Le lendemain, tous ensemble, nous mettons le cap sur les villes du sud et leurs magnifiques trésors dont certains sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO : Trani, Monte Sant Angelo et Barletta.

     Les jours suivants nous parcourons les ruelles étroites et tortueuses de la presqu’ile de Bari. À Alberobello, capitale des Trulli, nous sommes émerveillés par ces curieuses maisons en murs de pierre sèche coiffés d’une petite coupole en forme de cône qui, vues des collines environnantes, forment un panorama magique.

     La fin du voyage fut tout aussi agréable tellement les villes, les paysages et même la nourriture différente de l’Italie du nord. Lecce, Galatina, Matera, Taranto recèlent de véritables joyaux. Quant à Pompéi, cette cité engloutie sous des mètres de sédiments volcaniques en l’an 79 lors de l’éruption du Vésuve et fortuitement mise au jour au dix-septième siècle ne se raconte pas, elle se visite. Car, à mon sens, personne au monde ne devrait mourir sans être venu à Pompéi.

Gérard Zbir

 La galerie de photos de Claude Poliakoff  

[ Lisez aussi le carnet de voyage de Claude en cliquant ici ]

Ce contenu a été publié dans Europe, Récits de voyages. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *